Emmanuel Pi Djob est un authentique Prince NdogSul-Bassa, d’origine camerounaise. Sa voix s’est forgée au feu du Gospel africain américain, style dans lequel il a gagné la reconnaissance de ses pairs… Mais c’est dans sa lecture de l’Afro-Soul qu’il trouve sa plénitude d’artiste sensible aux vibrations du monde.

Des Dixie Hummingbirds à Rhoda Scott, en passant par les Five Blind Boys Of Alabama, le groupe Ma Case, Olivier Tshimanga, Doudou Gouiran, Lavelle, le Duke Orchestra, Georges Seba, le Golden Gate Quartet, Liz Mc Comb, Were-Were Liking et le Village Ki-Yi, Ray Lema, Pierre Akendengue, Soriba Kouyaté,  ou Screaming Jay Hawkins… les rencontres et collaborations jalonnent et enrichissent son parcours. Son ouverture à toute forme de musique lui permet d’être aussi invité par des artistes comme le groupe Rinocérôse ou bien d’enregistrer du John Adams avec l’Orchestre de Montpellier.

L’histoire débute au Cameroun, quand Emmanuel Pi participe à Yaoundé à la formation du Bayembi’s International, groupe de gospel panafricain qui rencontrera une jolie célébrité au tournant des années 90. Il quitte ensuite son pays Bassa natal pour s’établir en France et poursuivre l’aventure d’un gospel métissé d’Afrique et d’Amérique, mais aussi d’Europe, à travers plusieurs formations dont Black & White Xperience ou By the Gospel River parmi d’autres.

Aujourd’hui, la musique d’Emmanuel Pi Djob puise dans ses racines et dans ses influences pour créer une afro-soul puissante et habitée entre lumineuse densité des pulsations africaines, sombre raucité du Blues, éclat extatique du Gospel et émotion nue de la Soul. L’Afro-Soul Gang qui l’accompagne régulièrement, formé avec les deux complices et compagnons de route que sont Bénilde Foko et Séga Seck soutient à merveille cet univers généreux.

C’est en 2008 qu’Emmanuel Pi publie le premier album sous son nom propre, Seven Minutes, sur la thématique de la peine de mort, et dont le spectacle From Jailnight sera tiré. Il enregistre ensuite, avec le label espagnol Coda (Temps Record) une série d’albums intitulés Terrassa’s Conversessions, Remember et The Miracle of Life sortis en 2010.

En 2013, il devient demi-finaliste de l’émission The Voice. Il subjugue d’entrée le jury avec son interprétation de Georgia, et sera plébiscité par le public tout au long de son parcours. Il monte dans la foulée, le spectacle Me and Ray, où il mêle son répertoire à celui de Ray Charles qui est l’une de ses influences majeures.

A partir de 2015, Pi Djob prépare l’album Get on Board!, comme une invitation à monter à bord de son univers empreint d’une humanité à la fois tolérante, sensuelle et militante et sillonne les routes de France (Solidays, New Morning, divers festivals de Jazz et World Music) et plus largement (Europe, Maghreb, Afrique Sub-saharienne), mêlant des prestations intimistes à de grands concerts spectaculaires. C’est ainsi qu’en janvier 2016, il rassemble plus de trois mille spectateurs au Zénith de Montpellier, autour de son Afro Soul Gang élargi et accompagné de l’Afro Soul Mass Choir et ses 500 chanteurs. L’ensemble a été capté et sert d’ailleurs de matière à un DVD publié en fin de cette même année.

Résolument Afro-Soul, l’album qui en sort, et distribué uniquement en version numérique par le label américain A-Venture Music, alterne les climats entre R&B, Gospel, Reggae, Afrobeat et même quelques titres en français, pour faire encore mieux passer son message auprès des auditeurs francophones. L’essentiel des titres est enregistré live par l’Afro Soul Gang, avec la participation de David Donatien, Sydney, Christian Martinez ou encore Thierry Ferrugia, et quelques invités de renom dont William Galison, Fally Kouyaté, le Kelin-Kelin Orchestra, Francis Lalanne ou encore Wally Badarou.

Fort de ces succès, Pi Djob prépare en 2017 une version augmentée de Get on Board!, encore plus dynamique que la première, et incluant des titres inédits jusque-là. Get on Board! DeLuxe Edition sortira à l’automne 2017, en distribution physique et numérique. Et déjà, il travaille à l’album suivant, prévu pour 2018. Sans trop dévoiler ce qu’il contiendra, on peut tout de même annoncer qu’il s’appellera Exile Radio et verra la participation en invité de l’immense Manu Dibango.